Bulletin septembre 1994

Accès au BLOG BLOG


Les conditions de la érance

 

Malheureusement, la tolérance n'est pas naturelle à l'homme. Non pas que l'homme soit toujours un loup pour l'homme, comme les pessimistes le disent et parfois le pensent. A la vérité, l'homme est porteur tout aussi bien de tendances positives à la coopération et à la bienveillance, mais ces tendances doivent être éduquées, développées et il faut leur offrir des conditions d'épanouissement favorables.

Les efforts faits pour unifier l'Europe de l'Ouest montrent combien ces conditions sont à la fois nécessaires et difficiles à mettre en place. Elles ont à faire dépasser des siècles de guerre entre Européens, des siècles de crainte et de préjugés.

Dans les pays de l'Est, ces conditions favorables n'ont pas été réunies par les communistes. Leur régime, imposé par la force, a tout au plus gelé provisoirement des conflits séculaires. Il n'a pas donné leur chance aux propensions à la tolérance qui habitent chaque être humain lorsqu'il accepte de résister à ses peurs infondées et à ses a priori négatifs.

L'Enquête européenne sur les valeurs a fait apparaître une forte différence entre l'Est et l'Ouest de l'Europe dans ce domaine. Que ce soit à l'égard des juifs, des musulmans, des travailleurs étrangers, ou des gens d'une autre race, les opinions sont toujours plus défavorables à l'Est qu'à l'Ouest.

A l'intérieur des Eglises, cette propension à supporter malaisément les gens différents n'est pas absente non plus et le mot œcuménisme, par exemple, qui est plutôt connoté positivement à l'Ouest, est un mot qui peut déclencher réserve, voire franc rejet à l'Est.

Reconnaître cet état de fait n'est pas approuver ni juger mais, si nous voulons être tolérants nous-mêmes, il convient d'accepter que les autres soient différents de nous au point, éventuellement, de prendre comme des défauts ce que nous considérons comme des qualités.

Aider les autres réellement, c'est les aider tels qu'ils sont, parce qu'ils ont besoin de nous et non parce qu'ils pensent comme nous. C'est espérer, non qu'ils nous rejoignent et se fassent semblables à nous, mais que nous nous rejoindrons un jour, au delà et autrement que ce que nous sommes aujourd'hui.

Si nous n'aidons que ceux qui nous ressemblent (ou font semblant de nous ressembler par intérêt), nous finirons par ne plus aider personne et à nous retrouver seuls.

 

NOUVELLES BREVES

BONNES NOUVELLES CONCERNANT LA TOLERANCE

Belgique

 

BRUXELLES. Délégation de l'Eglise orthodoxe serbe.

 

Répondant à une invitation de Pax Christi International, une délégation de l'Eglise orthodoxe serbe a été reçue en Belgique du 5 au 10 mars dernier. Elle a eu d'importants entretiens avec des responsables du mouvement catholique présidé par le Cardinal Danneels.

 

Le séjour en Belgique a commencé par une visite à l'abbaye bénédictine de Chevetogne, connue pour son ouverture œcuménique vers les Eglises orthodoxes.  Deux journées d'études étaient ensuite organisées à l'abbaye cistercienne de Westmalle, près d'Anvers.

 

A l'issue de ces échanges, la délégation serbe a fait une série de propositions qui ont reçu l'accord de Pax Christi: organiser en commun une semaine d'études pour les étudiants en théologie des deux Eglises; soutenir le projet lancé conjointement par l'Eglise orthodoxe serbe, l'Eglise catholique de Croatie et la Conférence épiscopale allemande de mettre sur pied un groupe de recherche sur l'histoire des 19e et 20e siècles en Yougoslavie; chercher ensemble comment chaque Eglise ou communauté croyante pourrait restaurer un édifice religieux démoli dans une autre communauté; rechercher des jeunes volontaires pour venir en aide aux réfugiés en Serbie et pas seulement en Bosnie et en Croatie.

 

Lors d'une conférence de presse, le métropolite Amfilohije a souligné que la situation dans l'ex Yougoslavie était « si complexe que l'on risque sans cesse d'être unilatéral ».

 

Selon lui, présenter le conflit actuel comme « une guerre de religion » ne correspond pas à la réalité. « Le communisme athée a tellement éloigné les gens de la religion, que la voix de l'Eglise n'est pas entendue. Ce que nous avons vécu n'est pas une guerre de religion, mais une guerre civile. On y trouve certes une connotation religieuse mais, par un effet absurde, ce ne sont pas les responsables religieux mais les chefs politiques, c'est-à-dire les anciens communistes, qui dans cette guerre font appel à la religion».

(SOP, Avril 94)

 

Liège. Jumelage avec une paroisse orthodoxe russe.

 

Un jumelage vient d'être réalisé entre la paroisse catholique Saint-Barthélemy à Liège et la paroisse orthodoxe Saints-Pierre-et- Paul de Lodeïnoïe Pole, petite ville à 250 km au N.E. de Saint-Pétersbourg (Russie).

 

Une exposition d'icônes, un concert de chants liturgiques orthodoxes ainsi qU'une présentation audio-visuelle de la paroisse russe ont marqué le début de ce jumelage. Ce jumelage a eu pour point de départ une collecte de vivres, de vêtements et de couvertures, organisée au printemps 1993 et acheminée par camion à Lodeïnoïe Pole.

 

L'opération a été menée grâce à l'engagement de Maïa Dourassof, laïque orthodoxe liégeoise d'origine russe qui s'est rendue sur place pour faire avancer les choses, et à la coopération de la paroisse Saint-Barthélemy. Depuis lors, d'autres institutions se sont ralliées au projet.

(SOP, Mars 94)

 

RUSSIE

 

MOSCOU: Conférence œcuménique sur le thème «Foi chrétienne et dissensions  humaines».

 

Pour la première fois depuis la chute du pouvoir soviétique, une conférence sur ce thème a réuni quelque 150 représentants des principales communautés chrétiennes de l'ex-URSS. La conférence organisée conjointement par l'Eglise orthodoxe russe, l'Eglise catholique et l'Union des chrétiens baptistes de Russie, s'est tenue du 21 au 23 juin dernier, au monastère St Daniel, siège officiel du patriarcat de Moscou. Des observateurs des communautés juive, islamique et bouddhiste étaient également présents.

 

Plusieurs résolutions furent prises à l'issue de la conférence. Un comité interconfessionnel fut formé pour en assurer le suivi. Mais, comme le constatait le métropolite Cyrille de Smolensk: « Les relations entre les Eglises ne se mesurent pas en décisions d'en haut, mais dans la vie des simples croyants. Si la concurrence et le prosélytisme continuent, alors aucune conférence ne changera rien. Notre dialogue doit descendre au niveau des paroisses pour que les gens arrivent à respecter mutuellement leurs différences.

(SOP, Juillet-Août 94)

 

SAINT-PETERSBOURG: Exposition Anne Frank, contre l'antisémitisme.

 

Le 8 février dernier a eu lieu l'inauguration de l'exposition « Le monde d'Anne Frank (1929-1945) » dans les locaux de la bibliothèque municipale Pouchkine à St-Petersburg. Cette exposition, ayant pour but de montrer la nature du nazisme et de l'antisémitisme, est d'actualité pour la Russie qui connaît une inquiétante montée de xénophobie et d'antisémitisme.

 

« Quoique les principaux représentants de l'Eglise orthodoxe russe aient à plusieurs reprises affirmé que le christianisme et en particulier l'orthodoxie, était incompatible avec l'antisémitisme... il faut savoir que nous devons encore démontrer dans la pratique qu'il ne s'agit pas de mots vides, sinon nos frères juifs ne comprendront pas qu'ils n'ont rien à craindre de nous »… devait notamment déclarer Théodore Van Der Voort, prêtre orthodoxe néerlandais, lors de l'inauguration de l'exposition.

(SOP, Mars 94)

 

BIELORUSSIE

 

MINSK Congrès des fraternités et de la Jeunesse orthodoxe de Biélorussie. Accent sur le dialogue œcuménique.

 

Une soixantaine de délégués ont pris part à ce congrès qui s'est tenu les 14 et 15 février dans les locaux de la Faculté d'Histoire à Minsk.

 

...Une partie importante des discussions a été consacrée aux problèmes liés à l'œcuménisme, au dialogue entre les Eglises et à sa réception par la communauté des fidèles. Plusieurs ont insisté sur le fait que, de toute évidence, l'engagement œcuménique de la hiérarchie et des théologiens ne rencontrait pas le soutien ni la compréhension des fidèles. Aussi a-t-il été décidé de mieux expliquer, à l'avenir le sens de ces rencontres et de la collaboration entre chrétiens.

(SOP, Mars 94)

 

REPUBLIQUE TCHEQUE

 

OLOMOUC. Création d'un Centre de rencontre œcuménique.

 

Le Centre de rencontre Cyrille et Méthode a été inauguré à Vilénov, à 20 km d'Olomouc, le 18 septembre 1993. Construit à l'initiative de l'Eglise orthodoxe tchèque, il doit servir à la réconciliation et à l'instauration d'une compréhension mutuelle entre l'Occident et l'Orient.

 

Il doit également devenir un lieu privilégié pour le dialogue et contribuer grâce à l'organisation de séminaires, à la formation continue des responsables laies ainsi qu'aux rencontres pour la jeunesse.

 

Des orthodoxes tchèques ainsi que des jeunes catholiques et des protestants venus de Bavière ont pris part à la construction de ce Centre.

(SOP, Novembre 93)